La 1ère édition de la Cloud Week Paris vient de se terminer et après une semaine riche en échanges, nous souhaitons partager avec vous nos impressions. Il faut avant tout remarquer que cet évènement, réparti sur 5 jours, a impliqué une soixantaine de partenaires pour plus de 30 conférences, et que l’ensemble a été organisé en l’espace de 4 mois!

Nuageo adresse ses plus sincères félicitations à Eurocloud France et ses partenaires pour avoir rendu cela possible.

 

Des échanges de Qualité

photo_TR1

Nous avons apprécié avant tout la qualité et la diversité des intervenants, ce qui a permis de couvrir un ensemble de thématiques très vaste, mais aussi la richesse des sujets et des échanges qu’ils ont suscités. De plus, la question des usages, primordiale selon nous, a été au coeur de nombreuses conférences, soulignant encore une fois que les utilisateurs sont au coeur de la révolution Cloud.

La présentation du Conseil-as-a-Service par Nuageo

La Cloud Week Paris, c’était aussi la participation de Nuageo aux tables rondes des commissions distribution et conseil d’EuroCloud. Nous avons présenté une nouvelle vision de la facturation des prestations de conseil, le Conseil-as-a-Service. Nous reviendrons sur ce concept dans un prochain billet.

La Cloud Week Paris, c’était enfin la reconnaissance du caractère innovant de Nuageo et de la pertinence de nos services. Nous avons en effet été nominé aux trophées du Cloud dans la catégorie « Meilleur service de transformation vers le Cloud ». Le jury a particulièrement adhéré à notre approche de « Conseil-as-a-Service », qui nous permet d’être au plus près des attentes de nos clients.

 

La Cloud Week vue par notre équipe

Notre équipe va maintenant vous faire part des principales idées à retenir de cette Cloud Week.

Alexis

La Cloud Week vue par Alexis, Consultant.

Je sors de cette Cloud Week avec une de mes convictions sur le Cloud renforcée.

Tout d’abord, l’approche DevOps est clé pour le développement de ces nouveaux usages. En combinant les pans opérationnels et développement de l’IT, un service Cloud pensé avant tout au service d’un usage pour un utilisateur final va émerger.

En conséquence, pour moi, le Cloud va permettre tous les nouveaux usages des 10 prochaines années en tant que plate-forme sous-jacente de ces usages. La puissance de calcul centralisée dans le Cloud (ou distribuée parmi un ensemble de terminaux proches de l’utilisateur) permettra de disséminer une multitude de “points de contacts” utilisateurs (robots, terminaux mobiles,…) qui ne seront que des relais des données calculées à distance. Le client léger, relié au Cloud, va s’imposer. Ma conviction est que la notion de Cloud va donc s’estomper au profit de la question des usages, qui seront réellement la préoccupation de ces prochaines années.

Clément

La Cloud Week vue par Clément, Consultant.

Un peu plus d’un an après mes premiers États Généraux du Cloud, je ressors donc de ma première Cloud Week. Indéniablement l’OpenCloud, le Cloud Computing opensource, s’affirme comme un pilier du développement du Cloud. Comme il l’a été dit durant la conférence du mardi à l’ISEP : l’enjeu c’est la performance et la rapidité, et aujourd’hui personne ne peut y arriver seul. Logiciels, méthodes ou même matériel, le partage avec la communauté permet d’accélérer les évolutions, et de tirer le marché vers le haut. Évidemment une maîtrise forte des concepts de sécurité et de propriété intellectuelle est indispensable.

Enfin durant cette semaine, la technologie s’est effacée au profit des usages, mais surtout des Hommes. Mesurer, comprendre et maîtriser l’impact de ces technologies sur les utilisateurs, professionnellement et personnellement, semblent majeur: plus que jamais l’accompagnement au changement dans l’adoption de ces technologies est décisif.

Antoine

La Cloud Week vue par Antoine, Associé.

Alors que Ray Wang, cofondateur de Constellation Research, nous annonce la fin de la vie privée (“Privacy is dead”), que Pierre Janin, Directeur Général d’Axa Banque, a fait “un saut dans l’inconnu” en ayant recourt au Cloud Computing ou encore que Fred Potter, le fondateur et CEO de Netatmo découvre le potentiel des données qu’il collecte après avoir vendu des stations météo, nous voyons bien ici que le Cloud Computing navigue entre fantasme, crainte et nouvelles opportunités…

Mardi nous avons pu assister à la journée de la confiance organisée par l’association Cloud Confidence. Cette confiance dans le Cloud Computing semble être la clef de voûte pour son adoption par tous, permettant ainsi le développement des opportunités que les observateurs promettent au marché depuis quelques années. En effet, comme nous le précision dans un précédent billet, le Cloud sans la confiance des utilisateurs ne pourra pas se développer, du moins en Europe, même si à force d’entendre que la migration vers le Cloud était inéluctable, on a cru un moment qu’on allait pouvoir s’en passer… Donc l’objet de cette journée a été de mettre en avant les différentes initiatives et réflexions sur cette approche afin créer cette confiance. On notera les certifications de l’ANSSI (Secure Cloud) ou de Cloud Confidence, le rapprochement du couple franco-allemand (ANSSI-BSI) sur ces questions qui doivent être traitées au niveau européen comme plusieurs intervenants l’ont fait remarquer.

De nouvelles certifications seront-elles suffisantes? Peut-être pas, la transparence des prestataires ou encore un contrat plus équilibré entre le prestataire et le client doivent devenir la norme. La montée en compétence des clients sur les nouveaux enjeux semble être encore la voie la plus salutaire pour bénéficier et identifier les nouvelles opportunités du Cloud sans avoir l’impression de jouer à la loterie…

Pour finir sur une note positive, on retiendra les propos exprimés par Rachel Delacour de BIME, une femme qui a réussit; la puissance du Cloud pourra permettre de mieux comprendre comment fonctionne notre économique qui résiste aux modèles connus, de réduire les inégalités entre les hommes et les femmes dans les défit entrepreneurial ou encore d’allonger l’espérance de vie avec un meilleur suivi de notre santé. De vrai raison de croire dans les apports du Cloud Computing…

Benoit

La Cloud Week vue par Benoit, Président.

Quelle riche semaine nous avons vécue… Bravo pour la belle formule qui a mixé des lieux différents, des échanges de fond, un point sur l’état de l’art, des présentations de solutions fournisseur et même des débats philosophiques, qui ont toute leur place dans ce monde en construction.

S’il fallait retenir:

Une idée: le Cloud est un moyen incontournable dans la transformation / dans la construction du nouveau paradigme économique dans lequel nous sommes entrés.

Quelques tendances :

o Le cloud n’est pas forcément facteur d’économies, mais à coût égal, le service est incomparable: c’est l’innovation dans les entreprises qui va y gagner ;

o Un début d’harmonisation des terminologies, du vocabulaire et des référentiels: ce sont les clients qui vont mieux s’approprier les sujets et se projeter dans ce qu’ils peuvent en attendre ;

o Le DevOps et les API ont beaucoup fait parler d’eux : ce sont les témoins d’une accélération du champ        des possibles Cloud, et donc métier.

Et pour la tendance de l’année prochaine, je mise sur le décloisonnement voir le délitement des Organisations. Penser l’entreprise en DSI ou Directions métier (quand elle ne les oppose pas) va rapidement appartenir au passé au profit d’une approche par les compétences. A suivre…

Pour finir je suis persuadé qu’il faut aider et soutenir les entreprises Françaises et Européennes à devenir des références dans le Cloud… A quand, un Small Business Act ?! (qui aux Etats-Unis date du 30 juillet 1953 !) Je prêche pour ma paroisse, mais Nuageo veut devenir le cabinet de conseil pour la transformation Cloud. Les premiers résultats sont prometteurs. Pour la suite, aidez-vous…

Au final la Cloud week ?

En conclusion, cette première édition de la Cloud Week Paris est un grand succès, et nous attendons impatiemment la prochaine édition! Nous espérons d’ailleurs pour celle-ci une plus grande participation de tous les acteurs du Cloud, principalement des utilisateurs, qui pourraient être impliqués du début à la fin de la Cloud Week. Le Cloud c’est l’informatique repensé pour les usages : sans utilisateurs, il perd une partie de son sens.

Il faut aller les chercher :

  • Pour les associer aux débats
  • Pour réfléchir avec eux à la Transformation voir la co-Transformation ;
  • Pour s’assurer qu’ils perçoivent ce que l’écosystème, ayant acquis une maturité avérée, peut leur apporter.

Un autre axe a creuser, selon nous, est sans doute d’adresser certains points de façon plus approfondie : par exemple avec des sessions d’experts, donnant l’occasion aux acteurs du Cloud de plonger plus en profondeur dans des sujets, techniques ou non, afin de partager l’état de l’art et de communiquer plus largement les innovations du secteur.

Enfin, le Cloud, c’est la révolution par les usages :

Conscient des apports mais aussi des nouveaux enjeux qui doivent être adressés pour que le Cloud tienne toutes ses promesses, Nuageo s’engage auprès de ses clients pour les accompagner dans cette transformation profonde des outils, des méthodes et des organisations.