Numérique Responsable – Les limites de la réparabilité

Cher journal,

La semaine dernière nous avons perdu l’un des nôtres… le doyen de notre flotte d’ordinateur qui était aussi le premier de la flotte au lancement de Nuageo.

En effet il était entré en service il y a tout juste 10 ans, c’était en 2012 et avec près de 20 000 heures d’utilisation, il n’a pas résisté à sa dernière opération à carcasse ouverte pour changer son clavier défectueux.
Et pourtant il en a vu des sac à dos, subi quelques chutes, résisté aux assauts d’enfants curieux et il a même survécu aux apéros zoom des derniers confinements.

La chaîne de solidarité interne n’aura pas permis d’éviter le pire, la carte mère à rendu l’âme selon le médecin légiste. Le dernier espoir se trouvait dans la transplantation de cet organe essentiel qui s’est révélée impossible à cause d’une rupture de stock en local.

Un dilemme s’est imposé à nous: importer une carte mère d’Asie avec un bilan carbone qui va à l’encontre de nos valeurs ou remplacer cet ordinateur qui avait finalement vécu 4 fois plus longtemps que la moyenne

Le remplacement systématique d’un ordinateur dès qu’il a un problème est évidemment à proscrire (80% de l’impact environnement d’un ordinateur est dû à sa fabrication) et ici nous touchons les limites de la réparabilité avec la disponibilité des pièces détachées quand bien même nous avons fait le choix d’ordinateur réparable.
Et lorsque les pièces détachées ne sont pas disponibles localement, l’impact environnemental entre importer une pièce détachée et le remplacement par un ordinateur reconditionné penche en faveur du changement d’ordinateur ce qui met en avant la nécessité de la mise en place de filière de recyclage locale avec des pièces détachées même d’occasion permettant d’allonger encore un peu plus la durée de vie de nos ordinateurs.

Cette fois c’est une pièce introuvable localement qui nous a bloqué, et notre choix s’est donc porté sur un nouvel ordinateur reconditionné de 2017, un petit jeune plein d’avenir qui propose un niveau de réparabilité supérieur à un modèle plus récent ou alors il fallait se porter sur les toutes dernières générations neuves car un mouvement s’opère chez certains constructeurs, il reste encore des efforts à fournir du coté des fournisseurs d’OS pour limiter l’obsolescence et enfin le dernier axe d’amélioration reste au niveau des utilisateurs afin d’éviter de succomber à l’obsolescence psychologique.

Prends soin de toi et de ton ordinateur mon journal

 

Si vous souhaitez découvrir ou relire des numéros du Journal de bord, cliquez ici

On vous invite aussi à nous suivre sur Linkedin et Twitter !